Communiqués de presse

Les propositions du PLR concernant la promotion des CoCos ont déjà porté leurs fruits

Le PLR s‘est clairement positionné sur la problématique du « Too big to fail » durant l’été. Une base de fonds propres renforcées, des exigences plus élevées en matière de liquidités et des mesures de réorganisation clairement délimitées doivent rendre inutile un autre plan de sauvetage pour venir en aide à une grande banque suisse. Dans ce contexte, la création du nouvel instrument de capital convertible(CoCos) jouera un rôle central. Cet automne déjà, le PLR avait déposé une motion dans ce sens, motion acceptée par la commission de l’économie et des redevances du National. Il faut maintenant modifier le contexte fiscal en réduisant le droit de timbre afin de faire des CoCos un instrument compétitif sur les marchés internationaux. Le PLR se réjouit que le Conseil fédéral ait saisi la balle que le PLR lui avait lancée. Il est également réjouissant de constater que le gouvernement a clairement refusé une compartimentation de la structure des banques. Le PLR va désormais étudier dans le détail les mesures proposées en étant particulièrement attentif à la préservation de la compétitivité internationale de la place financière suisse et de son développement à l’étranger.

Lire la suite

Il faut préserver la sphère privée par le biais de l‘impôt libératoire

Le PS voit dans l’impôt libératoire une menace pour la place financière suisse. En avril, le PLR a été le premier parti à présenter une stratégie financière ambitieuse (« Weissgeldstrategie ») pour répondre aux pressions internationales. Cette stratégie montre comment la place financière suisse renforcée et adaptée peut, à l’avenir, jouer un rôle encore plus grand dans la finance mondiale et créer des milliers d’emplois. Lorsque le PLR avait avancé avant tout le monde l’idée d’un impôt libératoire, la plupart des autres partis avaient dit qu’il s’agissait d’une illusion et qu’aucun pays n’accepterait de négocier sur une telle base. Le temps nous a donné raison. Grâce à l’impôt libératoire, de nombreux citoyens européens peuvent placer leur argent dans les banques suisses pour le préserver de l’inflation. Les récents événements politiques ont prouvé que la solution du PLR était la bonne et que sa politique financière allait dans la bonne direction, comme en témoigne le début des négociations de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne avec la Suisse en vue de l’introduction d’un impôt libératoire. Le fait que de nombreux États européens se trouvent dans une situation délicate financièrement permet d’envisager que d’autres pays leur emboiteront le pas de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne.

Lire la suite

Stop à la bureaucratie dans la garde des enfants

 

Le PLR et le PLR Femmes demandent un retour à la raison

 

Le PLR.Les Libéraux-Radicaux et les Femmes PLR

Lire la suite

Le Conseil national écarte la mesure contraignante des quotas

Le PLR.Les Libéraux-Radicaux s’engage pour l’équilibre financier à long terme de nos assurances sociales. Il soutient fermement la 6ème révision de l’AI, dont l’un des principaux objectifs est la réinsertion professionnelle des rentiers AI. Elle est juste et équitable et vise un assainissement durable de l’AI et sa pérennité au-delà de la période transitoire du financement additionnel. Le PLR s’est engagé pour le financement additionnel à condition que des mesures soient prises en parallèle afin d’assainir les assurances. A ce titre, nous appelons à la responsabilité des autres partis. La promesse faite au peuple doit être respectée. Le PLR se félicite en outre de la décision du Conseil national de ne pas contraindre les entreprises à employer 1% de personnes handicapées. En effet, l’expérience internationale nous montre que les quotas n’ont en aucun cas permis d’atteindre les objectifs escomptés et qu’ils stigmatisaient les personnes handicapées.

Lire la suite

Seul le PLR se bat pour réduire la bureaucratie en faveur des PME

Le Conseil national a renvoyé le projet B de la révision de la TVA au Conseil fédéral. Le PLR.Les Libéraux-Radicaux est le seul parti qui a fait campagne contre la bureaucratie dans le domaine du décompte TVA. 80% des entreprises considèrent ce dernier comme une charge administrative trop lourde. Le projet prévoyait l’instauration d’un taux de TVA unique et la suppression de 21 des 29 exceptions. Ces mesures auraient permis de réduire massivement la bureaucratie au travers du décompte TVA.

Lire la suite